Paris veut transformer ses chambres de bonnes en HLM

paris-chambre-de-bonnes-hlm

Dans son combat contre la pénurie de logements, la capitale s’attaque aux petites fenêtres sous les toits. À Paris, les chambres de bonnes inoccupées représenteraient au total plus d’un million de m2, surface que la mairie souhaite réhabiliter.

Des logements nombreux mais inhabitables

Au total, on recense plus de de 114 000 chambres de bonnes, principalement situées dans des immeubles cossus de l’ouest de la capitale. Pourtant, seulement 17 251 d’entre elles sont louées. Les causes en sont multiples ; plusieurs de ses chambres sont classées « inconfortables », il n’y a pas de WC intérieurs ni de salle de bains, beaucoup sont insalubres et la grande majorité d’entre elles est tout bonnement interdite à la location faute de superficie. En effet, ces chambres ne passent pas le seuil toléré de 9m2 minimum en loi Carrez. Pour permettre à ses logements de devenir habitables, la mairie prévoit d’en regrouper certains.

La mairie prévoit des indemnisations

Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris, envisage plusieurs solutions. La première serait de permettre à la ville d’acquérir plusieurs logements de ce type afin de pouvoir les fusionner. Les bailleurs sociaux sont déjà en action et s’attaquent à la rénovation des chambres insalubres, et le dispositif Multiloc’ pourrait être mis en place : il permettra aux propriétaires de toucher une aide financière pour les inciter à rénover leurs biens vacants et les proposer à la location. Pour la mairie, ce serait un moyen de redonner de l’équilibre à l’offre parisienne en termes de logements sociaux.

Une opération qui même si elle sera longue, pourra être bénéfique au marché Parisien. Au premier semestre 2016, une étude d’ingénierie de l’APUR et de la Société de Requalification des Quartiers Anciens devra être remise.